Inégalité de prix: inégalités régionales d’inflation selon l’âge et le revenu du menage

Analyse

Dans cet article, nous n’allons pas nous intéresser au « prix des inégalités » comme dans le célèbre livre de Joseph Stiglitz mais aux « inégalités de prix ». C’est une question qui est revenue au cœur de l’actualité avec le conflit des gilets jaunes en France et qui traduit un combat pour le pouvoir d’achat face à une impression générale d’une hausse des prix qui affecte plus durement le pouvoir d’achat des plus modestes. 

En Belgique aussi l’inflation est au cœur des débats centrés sur le pouvoir d’achat. Ainsi on entend parfois que les prix ont fortement augmenté depuis le passage à la monnaie unique, que les salaires les plus bas diminuent en valeur réelle sur le long terme, ou encore que certains biens et services identiques sont souvent moins chers dans les pays voisins. Les économistes ont tendance à infirmer ou à confirmer ces hypothèses par l’étude d’un agrégat macroéconomique – l’inflation – censé objectiver les variations de prix sur un territoire. On calcule donc traditionnellement un Indice de Prix à la Consommation (IPC) en suivant l’évolution des prix d’un ensemble de produits – le panier de la ménagère – choisis comme les plus représentatifs de la consommation du Belge moyen.

Notre analyse a pour objectif de calculer cette inflation pour différents groupes en tenant compte du profil spécifique de consommation de ces différents groupes. Nous allons ainsi calculer une inflation spécifique à chaque région belge, ce qui est inédit à notre connaissance. Nous pourrons donc vérifier si l’inflation diffère selon les régions. Une autre distinction utile concerne le groupe d’âge ou de revenu. Nous souhaitons en particulier vérifier si l’inflation frappe plus sévèrement les familles modestes et les personnes âgées. Pour cela nous construisons des paniers de consommation selon la classe d’âge et le groupe de revenu auquel le ménage appartient. Si les groupes de ménage ont des consommations sensiblement différentes et si les prix de ces différents paniers évoluent différemment, on peut s’attendre à des niveaux d’inflation distincts entre groupes

Une analyse de Jean Hindriks et Antoine Germain.

Fichier(s) attaché(s)