La pension à points : 5 principes pour plus d’équité dans les régimes de pension en Belgique

Opinion

La proposition de réforme des régimes belges de pension
légale émanant de la Commission de réforme des pensions 2020-2040 et visant à introduire une pension à points (voir par exemple Regards économiques n°130 – mars 2017) a fait l’objet ces derniers mois de nombreuses interrogations et critiques, souvent basées sur une mécompréhension du mécanisme envisagé. Certains ont ainsi parlé à son sujet d’une loterie («quand c’est flou, il y a un loup»); d’autres ont évoqué le fait que, par ce système, les pensions devenaient une variable d’ajustement du budget général de l’Etat. Si la réforme proposée rompt effectivement avec un certain nombre d’habitudes des régimes anciens, elle ne conduit certainement pas à de tels arbitraires. Si la soutenabilité financière des régimes futurs est un impératif évident de responsabilité vis-à-vis des générations futures, leur adéquation sociale est tout autant au cœur des principes proposés. En particulier, la réforme répond à un certain nombre de critères d’équité sensiblement absents des régimes actuels. Nous nous proposons ici, au-delà de la technique même du système qui a déjà été décrite, d’analyser et de comparer sous l’angle de quelques principes d’équité les systèmes existants et le nouveau régime à points. Ceci nous permettra de mieux expliciter les valeurs fondamentales qui sont au cœur du projet. L’enjeu est d’expliquer pourquoi il est opportun de changer de système de pension, et pourquoi ce projet de réforme constitue un progrès social dans un contexte où les réformes sont souvent perçues comme des régressions sociales.

Lisez ici le texte complet de Regards économiques