Des prix de l’électricité stables en dépit d’un phase out massif en Belgique et dans les pays voisins?

Analyse

Au cours des 15 prochaines années, de nombreuses vieilles centrales électriques en Europe Centrale et Occidentale (CWE) seront amenées vers une fermeture. Ainsi, entre 80 à 116 GW de capacité disparaîtront du marché. Ce désengagement progressif (phase‑out) annoncé ne devrait néanmoins pas entraîner une augmentation importante des prix de gros pour l’électricité en 2030.

Si la tendance à la baisse de la demande d’électricité se maintient et qu’elle s’accompagne d’une forte croissance de la capacité renouvelable, les prix de gros en 2030 seront comparables à ce qu’ils sont actuellement. Même avec un prix du CO2 à € 60/tonne, un prix de € 50/MWh pour l’électricité en 2030 n’est pas à exclure. De telles prévisions de niveau des prix freinent les investissements et accentuent les risques en matière d’approvisionnement.
Mais même en cas de pénurie qui serait due à un phase‑out plus ambitieux, nous retrouvons des risques similaires en matière de sécurité énergétique… Si l’on veut garantir la sécurité énergétique et soutenir la transition énergétique, il est indispensable de corriger le modèle de marché existant.

Fichier(s) attaché(s)